© 2018 by locuscape.Created with Wix.com

DEVELOPPEMENT URBAIN DE LA CA GRAND PARC  // les poches agricoles
PROGRAMME                 Etude paysager du développement urbain de la Communauté d’agglomeration du Grand Parc +                                                     proposition de developpement sur esquisse
MAITRISE D’OUVRAGE  /
MAITRISE D’OEUVRE     Annalisa Romani pour l'atelier AT8 'grand paysage urbain' à l'Ecole Nationale Superieure de Paysage de                                         Versailles - Avec G.Vexlard
BUDGET                          /
SURFACE                        8300 ha
CALENDRIER                  Projet universitaire 2012

L’analyse croisée de la topographie, des espaces bâtis et de leurs relations avec les espaces ouverts dégage une lecture du territoire orientée sur des lignes directrices qui retrouvent la même direction SE/NO de la région parisienne sur la ligne de la vallée de la Seine.

Ces lignes directrices sont aujourd’hui menacées par le développement urbain.

L’intention du projet est de structurer les espaces boisés et renforcer ces lignes autour des espaces ouverts. Le dimensionnement des pleins forestiers et des vides agricoles dévoilent ainsi sur le territoire ces structures parallèles où le rapport pleins/vides est décliné en s’appuyant sur les particularités de chaque lieu. L’espace de l’action potentielle du développement urbain découlera de ce travail.

Le dessin expérimente sur la plaine de Versailles les intuitions dégagées de l’analyse. Ici le ru de Gally et la vallée matérialisent la direction dominante qui est mise en scène dans sa largeur par l’espace vide de la plaine organisé en poches consécutives. A travers la découpe de ces poches agricoles, on concrétise un espace continu pour l’extension urbaine qui traverse perpendiculairement la vallée et va se relier aux coteaux déjà urbanisés.

La définition de la forme agricole (ici comme ailleurs dans la plaine) a pris en compte la topographie ainsi que la présence urbaine et l’infrastructure routière.

L’espace urbain (ici comme ailleurs) relativement peu large, nous laisse la possibilité d’accéder très facilement aux espaces agricoles. Sa forme assez libre nous permet de jouer avec la topographie fine des lieux.